Pourquoi transformer l'accompagnement des personnes âgées en France? La vision des co-fondateurs

À l'occasion d'une candidature au Concours National de la Fondation la France s'engage, les co-fondateurs d'Alenvi se sont exprimés sur leurs parcours et leur envie commune de créer Alenvi pour transformer le secteur de l'accompagnement à domicile des personnes âgées.

Avoir un impact social fort dans le secteur de l'accompagnement des personnes âgées

Le point de départ : l'entrepreuneriat social

Pour Guillaume, se lancer dans le projet Alenvi est parti d’une appétence particulière pour l’innovation sociale. "J'ai crée Alenvi avec Thibault et Clément, avant j'avais une dizaine d'années d'expérience dans l'entreprenariat. J'avais déjà crée une entreprise sociale, Alvarum qui organise la course des héros qui est le plus gros évènement de collecte de fonds mutli-associations. Une plateforme qui permet de collecter des dons pour les associations caritatives lors d'évènements sportifs."

L'envie de créer un projet à impact social et sociétal

Thibault a eu envie de créer Alenvi avec ses deux associés pour différentes raisons : une sensibilité importante pour secteur de l'accompagnement des publics fragiles et l'envie d'entreprendre pour répondre à un défi de société important. "J'ai crée Alenvi après 12 années d'expérience dans le secteur du service et de la grande distribution. J'ai eu envie de créer Alenvi parce que je suis très sensible aux secteurs de la dépendance et du handicap paticulièrement. J'étais à un moment de ma carrière où j'avais envie de créer un projet avec un très fort impact social et sociétal."

Aider les personnes âgées en remettant l'humain au coeur de la relation

Clément est passionné par le relationnel et aime l'idée d'introduire du lien dans le métier d'auxiliaire de vie. "Avant de démarrer le projet Alenvi. J'ai travaillé 10 ans chez Sodexo à différents postes, dans la restauration collective mais également dans les services à la personne. J'aime beaucoup les services, le relationnel et quand on peut aider les autres avec de l'humain, c'est vraiment ce que j'aime. C'est ce qui me passionne chez Alenvi."


Créer Alenvi pour valoriser les auxiliaires de vie et rendre plus qualitative la prise en charge des personnes âgées

Répondre aux besoins des personnes âgées : un défi social et sociétal important

"Je me suis rendu compte dans mon entourage personnel que l'accompagnement des personnes âgées posait un problème dans beaucoup de familles..."

Guillaume a constaté les problèmes rencontrés dans le secteur de l'accompagnement en observant son entourage. "Créer une entreprise est intéressant à partir du moment où on répond à un vrai défi sociétal, un défi social. Avec la mise en place d'un projet où on essaye d'améliorer la société en bien et où on essaye d'apporter un vrai impact à une population qui en a besoin et je me suis rendu compte dans mon entourage personnel que l'accompagnement de nos aînés posait un problème dans beaucoup de familles et qu'on avait du mal à trouver des personnes de confiance pour accompagner les proches âgés. Ca m'a interpelleé je me suis dit "Comment ça se fait que dans un pays où il y a 6 millions de chômeurs on ait des difficultés à trouver des personnes de confiance, qui ait envie d'accompagner des personnes âgées" et j'ai commencé à en parler à Thibault et Clément qui avaient des expériences dans les services, dans le secteur proche de celui de l'accompagnement à domicile et de là a germé la petite graine qui est devenue Alenvi."

Trouver un accompagnement de qualité aux personnes âgées dépendantes : un enjeu important en France

"Le métier d'auxiliaire de vie à domicile est souvent précarisé et exercé dans de mauvaises conditions, alors même qu'il y a des personnes passionnées par ce métier, des personnes très humaines qui ont envie de s'exprimer et d'aider les autres."

Clément parle de la double urgence à transformer le secteur : d'un point de vue des personnes âgées en besoin d'aide et des professionnels de l'accompagnement, trop souvent dévalorisés. "Il y a urgence sur le secteur de l'aide à domicile en France à plusieurs niveaux. Première raison : Une urgence familiale, le vieillissement de ses proches, qui est devenu un enjeu de société aujourd'hui et les familles recherchent une aide de qualité qu'ils ont du mal à trouver. Et l'urgence se trouve également du côté des auxiliaires de vie, aujourd'hui il y a 600 000 auxiliaires de vie en France. Le métier d'auxiliaire de vie à domicile est souvent précarisé et exercé dans de mauvaises conditions, alors même qu'il y a des personnes passionnées par ce métier, des personnes très humaines qui ont envie de s'exprimer et d'aider les autres. Donc ALenvi : l'idée de catalyser cette envie de pouvoir aider dignement et humainement les personnes âgées.On est régluièrement sollicité et il y a vraiment urgence à changer les choses d'abord pour le métier et ensuite pour les familles."

"On a envie de répondre aux auxiliaires de vie qui nous sollicitent partout en France"

"On a beaucoup d'auxiliaires de vie qui nous sollicitent, qui ont vu notre modèle et on aimeraient bien travailler dans les mêmes conditions."

Alenvi est aujourd'hui en phase d'essaimage. Thibault nous explique comment se met en place cette phase de développement. "L'essaimage chez Alenvi se fait de deux manières. On a beaucoup d'auxiliaires de vie qui nous sollicitent, qui ont vu notre modèle et on aimeraient bien travailler dans les mêmes conditions. Ils nous demandent souvent quand est-ce qu'on va créer Alenvi dans leur ville ou dans leur région et ces gens là on a très envie de leur répondre favorablement. L'autre axe de développement est avec les colléctivités locales. Aujourd'hui ce sont les départements qui gèrent l'accompagnement des personnes âgées et les collectivités via des associations qui prennent en charge une partie de ces accompagnements.Pour nous s'associer avec ces collectivités, il faut leur proposer d'autres solutions et les conseiller et c'est très intéressant. C'est la raison pour laquelle l'essaimage avec la France s'engage prend tout son sens."


Retrouvez ce témoignage en vidéo