Rencontre avec Carole, auxiliaire "d'envie"

"Le plus difficile pour moi c'est lorsque mes bénéficiaires souffrent parce que moi, et toute ma communauté, nous sommes attachés à eux."

Rencontrer Carole est comme une invitation à ralentir le rythme, à se poser un instant et prendre le temps d'échanger. Conquis par sa sérénité et son sourire, vous vous laissez alors emporter... Vous écoutez cette passionnée d'expositions vous raconter son amour pour le XVIIIe arrondissement, quartier parisien qui l'a acceuillie sa vie durant. Vous goûtez à la douceur d'un tempo différent, celui que tout retraité se doit de dompter et que notre doyenne de 70 ans a décidé de mettre au service des plus âgés. Un choix logique sans être évident...

Bien qu'ayant exercé toute sa carrière dans le domaine du commercial, l'accompagnement successif de son grand-père, de sa mère puis de sa tante vont la marquer profondément. Une fois à la retraite et avant de rejoindre Alenvi, Carole s'engage donc pendant 10 ans auprès de plusieurs bénéficiaires âgés et isolés pour des rencontres chaque fois puissantes et attachantes. Émue par leur besoin profond de gentillesse, de patience, de reconnaissance et d'écoute, elle est poussée par l'envie d'y répondre et de les aider. Peu à peu, vous saisissez et sentez cette vibration qui l'anime et se nourrit des personnes âgées qui lui "donnent beaucoup". Chez Alenvi, elle a retrouvée cette même envie d'apporter une aide empreinte d'humanité pour générer bien-être et bonheur. Cette vision est d'autant plus forte qu'elle la partage avec l'ensemble de l'équipe et plus particulièrement sa communauté d'auxiliaires (les Girafes).
Il faut entendre Carole en parler pour comprendre le lien particulier qui les unit, marqué par le même sentiment de responsabilité envers les bénéficiaires et leur famille, l'entraide, le soutien et la convivialité : un ensemble "exceptionnel" qui crée une "ambiance extraordinaire" et unique !

Arrivée comme elle est venue, petit tourbillon flamboyant, Carole vous quitte alors l'oeil pétillant et le sourire complice.

"Chez Alenvi il y a quelque chose que j'ai rarement connu dans le travail : il y a une humanité vis-à-vis des bénéficiaires et des auxiliaires, il y a un esprit de famille."


Cet article est à retrouver dans le magazine Alenvi.

magazine_alenvi_accompagnement_personnes_agees-2