Pièces à conviction sur l'aide à domicile : si vous voulez tourner la suite...

Merci à France 3 d’avoir mis notre métier en avant dans le cadre d’un documentaire, Pièces à conviction, diffusé le 7 février et disponible en replay jusqu’au 11 mars.

C’est une bonne chose de parler de notre métier, de ces milliers de professionnels passionnés, travailleurs de l’ombre, rarement reconnus pour ce qu’ils apportent réellement aux personnes âgées. Mais on pourrait en parler encore mieux !

Une enquête au coeur de l'aide à domicile qui soulève des questions essentielles

Virna Sacchi a pourtant travaillé de façon rigoureuse :

  • elle a tout d’abord constaté l’incompréhensible différence de traitement du sujet selon les départements: d’Amiens à Longwy, de Saint Etienne à Metz, elle a mis en avant les inégalités du système, notamment à cause du montant de l’APA qui est propre à chaque territoire.
  • des pratiques inacceptables ont ensuite été mentionnées, et ça c’est une bonne chose : tout le secteur dénonce depuis longtemps les acteurs qui agissent à contre courant de la valorisation de notre métier et de la place des personnes vulnérables dans la société. Le Conseil Départemental de la Somme et la structure DocteGestio sont, à ce titre, justement montrés du doigt.
  • enfin, le reportage tente de décrypter les contours du métier, à ce titre l’exemple de Lucien était très intéressant : on y montre que l’accompagnement ne se réduit pas à des actes mais à un lien créé entre la personne âgée et son auxiliaire.

On y montre que l’accompagnement ne se réduit pas à des actes mais à un lien créé entre la personne âgée et son auxiliaire

Merci donc pour cela !

D'autres enjeux de l'aide à domicile ont néanmoins été laissés en suspens

A Virna Sacchi et Céline Chasse : si vous souhaitez tourner la suite de ce magazine, voici des thèmes qui mériteraient d’être abordés plus en profondeur ou différemment dans le Volume 2 :

  • le ton général du documentaire est principalement négatif, voire diffuse le parfum du scandale : c’est vrai que cela peut faire monter l’audience. Mais on n’a jamais changé les mentalités en véhiculant du négatif sur un sujet. Il n’y a qu’à observer l’EHPAD bashing depuis plusieurs années : si ce que l’on voit est souvent choquant, montrer ces images ne change pas la donne car on ne fait que constater sans proposer de solution ;
  • on parle trop d’argent : tout rapporter à l’argent montre que c’est l’argent qui va tout résoudre. Le postulat de départ est de dire “avec plus on ferait mieux”. Pas forcément : aujourd’hui on a jamais dépensé autant pour l'accompagnement des personnes en perte d'autonomie et ça n'a jamais été pire. On pourrait donc changer de prisme et aborder les choses différemment : comment faire mieux avec autant de moyens- c’est sûrement possible !
  • la dimension humaine du métier doit être approfondie : on peut aller encore plus loin en montrant toute l’humanité dont font preuve ces aides à domicile, leur demander pourquoi ils font ce métier… Cette analyse sociologique pourrait nous faire définitivement changer de regard sur le métier qu’ils font : ce ne sont pas des professionnels de la toilette ou du ménage mais des professionnels de l’empathie, c’est précisément cette qualité qui mériterait d’être davantage valorisée ;
  • on ne propose pas de solution concrète : l’initiative que vous partagez avec “les Barges” est magnifique, c’est une belle solution pour aider les personnes âgées à bien vieillir, en revanche elle ne concerne pas directement l’aide à domicile ;
  • enfin, la sémantique : on parle des personnes âgées comme une charge pour la société. Sans vous prêter de mauvaises intentions, il convient de redonner à ces personnes vulnérables la place qu’elles méritent. Les accompagner pendant la dernière partie de leur vie figure comme une obligation inhérente à notre condition humaine. Chaque mot compte, nous devons tous y prêter une attention particulière.

Aujourd’hui on a jamais dépensé autant pour l'accompagnement des personnes en perte d'autonomie et ça n'a jamais été pire

Je me tiens donc à votre disposition pour vous donner plein d’adresses où vous pourrez observer de belles initiatives : des auxiliaires indépendantes qui travaillent en équipes, des structures qui font de l’aide sociale leur priorité, d’autres qui organisent le travail en équipe autonome. Ces initiatives ne coûtent rien et rapportent beaucoup, à tout le monde. À bon entendeur…