Les bienfaits du service de soins de suite et de réadaptation

Le parcours de soins d’un patient âgé n’est pas toujours facile à comprendre, tant il existe de multiples options d’accompagnement avant et après l’hospitalisation. Le service de soins de suite et de réadaptation (SSR) constitue une étape fréquente à la suite d’une hospitalisation, dont l'une des missions est de préparer le retour au domicile.

Nous sommes allés rencontrer le Docteur Anthony Mézière, Chef du Service de soins de suite et de réadaptation gériatrique de l’hôpital Charles Foix à Ivry-sur-Seine, afin de décrypter avec lui les enjeux de cette transition importante.

Tout d’abord il s’agit de bien comprendre pourquoi ce service connaît de plus en plus de demandes aujourd’hui : d’un côté la durée moyenne de séjour à l’hôpital est de plus en plus courte et de l’autre, le nombre de personnes âgées augmente. Les patients vont donc de plus en plus tôt au sein de ces unités.

La durée moyenne de séjour y est de 35 jours et on y réalise 3 types d’intervention.

  1. la poursuite des soins médicaux, le traitement d’éventuelles infections ou complications post-opératoires. Plus on sort tôt de l’hôpital, plus cette partie est importante.
  2. l’exploration de certains symptômes qui peuvent par exemple expliquer pourquoi la personne âgée a eu cet accident qui a provoqué l’hospitalisation ;
  3. le travail de rééducation. Une équipe pluridisciplinaire est présente en continu, elle est composée notamment de kinés, d’ergothérapeutes, d’orthophonistes, de psychologues…

Un des défis du service SSR est de réapprendre aux personnes à être autonome, à « aider à faire » ou à « faire avec » et non « faire à la place de », de cette façon celles-ci reprendront confiance en elle et appréhenderont mieux leur retour à domicile. Au-delà de l’aspect physique, il est important que la personne âgée regagne confiance en elle et retrouve ainsi une certaine sérénité.

Après ce séjour, environ deux tiers des patients peuvent regagner leur domicile : il faut donc préparer ce retour avec les aidants familiaux. D’une part en adaptant le logement à l’état de santé du patient avec le bon matériel médical (lit, rampe…) et en anticipant les aides humaines dont aura besoin la personne en sortant, avec l'aide de l'assistant social. Il s’agira ici de choisir la structure d’aide qui pourra l’accompagner.

A la maison, le rôle d’une structure d’aide à domicile sera donc double : concourir à réduire le risque de chute par l’accompagnement à faire les bons gestes, par la prévention. Il sera également important d’être vigilant, d’observer l’évolution de l’état de santé et de détecter, le cas échéant des éventuels symptômes.