"Sans temps pour accompagner nos bénéficiaires âgés, notre métier d'Auxiliaire de Vie n'a pas de sens !"

Valérie, auxiliaire d'envie chez Alenvi depuis un an, raconte l'importance cruciale d'avoir du temps dans l'exercice de son métier d'auxiliaire de vie.

Le temps à notre disposition fait la valeur de notre métier d'Auxiliaire de Vie

Pouvoir passer du temps à la fois avec les personnes âgées que l'on accompagne et à la fois avec leur famille, c'est vraiment ce qui m'a intéressée chez Alenvi et m'a donné envie d'y travailler.C'est en effet passer du temps de qualité avec une personne âgée qui fait que j'exerce le métier d'Auxiliaire de Vie.

Notre métier est bien plus qu'une succession de tâches.

Les besoins élémentaires comme boire, manger, se laver sont prioritaires et font partie intégrante de notre métier lorsqu'une personne ne peut plus les assurer en toute autonomie. Le problème c'est que le plus souvent le regard extérieur porté sur notre métier s'arrête uniquement à ce premier point: nous venons pour faire une toilette, préparer un repas... en résumé, une succession de tâche chacune avec un temps défini. Mais notre métier est bien plus que cela. Maslow l'a résumé dans sa pyramide des besoins.

le-metier-d-auxiliaire-de-vie-accompagne-tous-les-besoins-d-une-personne-agee

Notre métier traverse toute cette pyramide des besoins. Nous accompagnons une personne humaine qui a des besoins physiologiques, bien entendu, mais ce qui l'épanouit c'est de se sentir en sécurité, d'être valorisée, aimée, reconnue; de se voir capable de couper des légumes, de tenir un crayon et d'en être fière. Et nous sommes là pour tous ces besoins ! Seulement sans temps nous ne pouvons réaliser que le "contentement" des premiers besoins. Le temps est une donnée précieuse qui devrait être incontestable pour faire notre métier.

Avoir du temps facilite notre travail d'Auxiliaire et enrichit la qualité de notre accompagnement

Sans temps suffisant, il est difficile de créer un lien, de rassurer et d'inspirer confiance. Je dirais même que sans temps, on contente moins bien les besoins physiologiques d'une personne âgée : Qui a envie de dîner seul le repas préparé par un(e) autre ? Qui a envie de voir une personne uniquement pour une toilette ? Qui dors de manière apaisée sans avoir eu d'intéractions humaines de la journée ?

Toutes ces situations faites dans la précipitation génèrent forcément des refus, et qui pourrait s'en étonner ? Notre venue devient angoissante parce qu'associée à un acte. À l'inverse, quand j'ai du temps pour intervenir, cela s'insère dans une conversation, le moment est dédramatisé parce que la personne est en confiance et parce que nous savons comment l'amener au détour d'une phrase, aussi simplement qu'un bonjour. Le temps apporte l'humanité indispensable à l'exercice de notre métier et lui donne donc toute sa valeur et tout son sens.

aide-a-domicile-dame-de-confiance-temps-de-qualite

Passer du temps avec une personne âgée c'est apprendre à vivre le moment présent tout en s'appuyant sur le passé

Il est drôle ce rapport au temps ! On en manque, on lui court après, on en réclame et, en même temps, quand on le passe avec une personne âgée, il se tord, s'étend, se bouscule...

À la fois on se recentre sur le temps présent et on réinscrit le bénéficiaire dans ce moment qui est important. Il n'y a que lui et nous; et ensemble on partage un café, on prépare un repas, on se balade, on discute.

Passé, présent et futur se confondent, parfois se mélangent, mais qu'importe ! Ce voyage dans le temps ne prend de sens que lorsqu'il est possible et chaque intervention trop courte est une destination manquée, un périple non entamé.

Et en même temps il est impossible de ne pas rencontrer une personne âgée sans basculer dans le passé. Un autre auxiliaire d'envie expliquait qu'une personne âgée c'est toute une bibliothèque. Elles nous plongent dans leurs souvenirs, histoires et anecdotes. Passé, présent et futur se confondent, parfois se mélangent, mais qu'importe ! Ce voyage dans le temps ne prend de sens que lorsqu'il est possible et chaque intervention trop courte (car réduite à une tâche technique) est une destination manquée, un périple non entamé.

Combien de temps encore allons-nous passer à côté de l'essentiel ?

Valérie, Auxiliaire d'envie