Alenvi réinvente l'accompagnement des personnes âgées à domicile, le témoignage de Thibault

Thibault, co-fondateur d'Alenvi, était l'invité de Raphaëlle Duchemin dans la chronique "Label entreprise". Une belle occasion de parler des ambitions d'Alenvi et de l'importance de réinventer l'accompagnement des personnes âgées à domicile en France. Découvrez son témoignage.

Créer Alenvi pour humaniser le secteur de l'accompagnement des personnes âgées

Il y a maintenant deux ans, Clément, Guillaume et moi nous sommes retrouvés autour d'un projet important : humaniser le secteur de l'accompagnement des personnes âgées pour toutes les parties prenantes.

Entreprendre autour du secteur de l'accompagnement : un projet porteur de sens

Avec Clément et Guillaume, on a décidé de se retrouver autour de ce projet après 10 ans d'expérience professionnelle. On avait fait des choses très différentes. On s'est retrouvé car on avait tous les 3 à ce moment là dans nos parcours, envie d'entreprendre sur un projet qui a du sens.

Au début on est arrivé un petit peu par hasard sur le sujet de la dépendance. On s'est rendu compte que quand on tirait le fil sur ce sujet, il y avait des choses vraiment passionnantes à faire. C'est la raison pour laquelle on a décidé de se lancer.

le-metier-d-auxiliaire-de-vie-accompagne-tous-les-besoins-d-une-personne-agee

Transformer le secteur en passant par la reconnaissance du métier d'auxiliaire de vie

On a longtemps considéré que les personnes qui faisaient ce métier étaient des exécutants donc on a mis ces personnes là dans des cases, avec des choses très précises à faire. Cependant, on a vraiment occulté la dimension humaine de ce métier...

Ce qui pose problème quand on souhaite embaucher des auxiliaires de vie c'est que le métier d'auxiliaire n'est pas valorisé. En ce qui concerne le sujet de la dépendance, ça a longtemps été une question familiale. C'est devenu ensuite un sujet de société. La réponse qu'on a apporté a été très industrielle. On a longtemps considéré que les personnes qui faisaient ce métier étaient des exécutants donc on a mis ces personnes là dans des cases, avec des choses très précises à faire. Cependant, on a vraiment occulté la dimension humaine de ce métier, le savoir-être et la prise d'initiative dont ils pouvaient faire preuve.

Les auxiliaires de vie, des professionnels de l'empathie à valoriser

Nous avons vite remarqué en nous interessant au secteur que le métier d'auxiliaire de vie n'était absolument pas valorisé. Or, il nous semblait vraiment nécessaire de reconnaître la responsabilité de l'intervenant à domicile auprès des personnes âgées dépendantes.

Remettre de l'humain dans le lien entre personnes âgées et auxiliaires de vie

Ces professionnels, on ne doit pas les considérer comme des professionnels de la toilette et des repas, mais comme des professionnels de l'empathie.

Le point de départ c'est de remettre de l'humain dans le lien qui unit les personnes âgées et les auxiliaires de vie. Pour cela, le plus important c'est de reconnaître la responsabilité des intervenants auprès d'une personne âgée. Ces professionnels, on ne doit pas les considérer comme des professionnels de la toilette et des repas, mais comme des professionnels de l'empathie. Cela leur permet d'exercer par la suite leurs responsabilités à domicile.

Créer des communautés d'auxiliaires de vie, en securisant leur cadre de travail

Le but c'est de donner aux auxiliaires de vie le cadre de travail le plus stable et le plus épanouissant possible

Chez Alenvi, les auxiliaires de vie travaillent au sein de leur communauté. Cela veut dire qu'il y a plusieurs auxiliaires dans une équipe et qu'ils travaillent ensemble sur leurs prises en charge. Le but c'est de leur donner le cadre de travail le plus stable et le plus épanouissant possible. Un cadre de travail stable c'est très important. Notamment quand on est sur un secteur où on a plus de 70% de temps partiels subi, c'est très important de proposer un CDI, à temps plein, avec une rémunération supérieure au SMIC. La valorisation de ce métier n'est pas un coup de baguette magique ou un miracle. C'est évidemment, un cadre de travail stable avec un CDI et une possibilité de passer à temps plein mais c'est aussi des formations, la possibilité de travailler en équipe... Les auxiliaires de vie chez Alenvi travaillent en équipe et sont autonomes. Cela leur permet de prendre des initiatives pour le bien-être des personnes âgées qu'ils accompagnent.

Pour chaque personne âgée dont on s'occupe, un auxiliaire d'envie est référent. C'est important de ne pas trop tourner, mais le fait de travailler en équipe, ils peuvent se remplacer et organiser en autonomie leurs remplacements selon le profil de leurs collègues car ils connaissent bien leurs bénéficiaires et leurs collègues donc ils vont pouvoir trouver le meilleur remplaçant.

Alenvi, une volonté de transformer le secteur de l'accompagnement à grande échelle

Aujourd'hui, il y a une quarantaine de professionnels chez Alenvi. Dans les prochaines années, nous avons pour ambition de nous installer dans différentes villes en France et de recruter de plus en plus d'auxiliaires. L'objectif : diffuser notre modèle d'humanisation de l'accompagnement des personnes âgées et avoir un véritable impact sur le secteur.

Un modèle organisationnel qui a vocation à se diffuser

On a un modèle organisationnel qui commence à être vraiment reconnu de la part des auxiliaires qui nous appellent de toute la France.

Ce mois-ci Alenvi ouvre à Lyon et on a déjà recruté nos trois premières auxiliaires de vie. Dans les 4 ans à venir, on aimerait aller plus loin. Notre développement répond à une double logique. D'abord, une logique très déterministe, on a envie d'ouvrir sur les principales grandes villes de France. Deuxièmement, une logique opportuniste. On a un modèle organisationnel qui commence à être vraiment reconnu de la part des auxiliaires qui nous appellent de toute la France. En fonction de l'endroit d'où ils nous appellent, on pourrait être en mesure d'ouvrir dans ces différents départements.

Il y a aussi un enjeu important dans les milieux ruraux. Dans ces zones, beaucoup de personnes âgées sont isolées. Il y a des situations difficiles. Des auxiliaires sont obligés de faire des très longs trajets donc il y a un enjeu énorme à réussir à se développer dans ces zones.

Transformer le secteur de l'accompagnement en profondeur et chasser les idées préconçues sur la profession d'auxiliaire de vie

N'oublions pas pourquoi les auxiliaires sont là : créer un lien, accompagner les personnes âgées, redonner de la confiance, les aider à bien vivre, à mieux vieillir chez elles.

On a un modèle qui marche bien à petite échelle donc on a envie de se développer à grande échelle. En 2025 on espère avoir 4000 auxiliaires de vie chez Alenvi. On a vraiment observé les repercussions positives auprès des auxiliaires et des personnes âgées qu'on accompagne. Les auxiliaires ressentent qu'un lien est crée. Encore une fois, n'oublions pas pourquoi les auxiliaires sont là : créer un lien, accompagner les personnes âgées, redonner de la confiance, les aider à bien vivre, à mieux vieillir chez elles. Les retours nous confortent dans notre approche et nous encourage à aller de plus en plus loin.

le-metier-d-auxiliaire-de-vie-accompagne-tous-les-besoins-d-une-personne-agee

Retrouvez ce témoignage en vidéo.